Humidité dans le logement : causes et traitements pour préserver votre santé

Face à une augmentation de l’humidité dans leur logement, de nombreux particuliers se posent des questions sur les causes de ce phénomène et les moyens de le traiter. L’humidité peut en effet causer des dégâts matériels importants, mais aussi nuire à la santé des occupants. Dans cet article, nous abordons les principales sources d’humidité dans les habitations et les traitements appropriés pour y remédier.

Causes de l’humidité dans le logement

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’un excès d’humidité dans un logement. Parmi les plus fréquents, on trouve :

  • Les infiltrations d’eau : elles résultent généralement de défauts d’étanchéité au niveau du toit, des murs extérieurs ou des fondations. Les infiltrations peuvent également être dues à des problèmes de gouttières ou de descentes pluviales obstruées.
  • Les remontées capillaires : il s’agit d’un phénomène par lequel l’eau souterraine s’infiltre dans les murs par capillarité, provoquant des dégradations et un excès d’humidité. Les remontées capillaires touchent principalement les constructions anciennes, dont les fondations ne sont pas isolées.
  • La condensation : elle se produit lorsque l’air humide se refroidit et se transforme en eau, créant un phénomène de buée sur les surfaces froides (vitres, murs, etc.). La condensation est principalement causée par une ventilation insuffisante ou défectueuse, ainsi que par des différences de température importantes entre l’intérieur et l’extérieur du logement.

Traitements pour réduire l’humidité dans le logement

Après avoir identifié la cause de l’humidité, il convient de mettre en place les traitements adaptés pour y remédier. Les solutions varient selon la nature du problème :

  • Infiltrations d’eau : il est essentiel de repérer et réparer les défauts d’étanchéité à l’origine des infiltrations. Cela peut nécessiter des travaux sur la toiture, les murs extérieurs ou les fondations. Il est également important de vérifier et entretenir régulièrement les gouttières et descentes pluviales.
  • Remontées capillaires : plusieurs méthodes existent pour traiter ce problème, dont l’injection de résine hydrophobe dans les murs, la mise en place d’une barrière étanche (type membrane) au niveau des fondations ou encore la réalisation d’un drainage extérieur. Il est conseillé de faire appel à un professionnel pour déterminer la solution la plus adaptée à votre situation.
  • Condensation : améliorer la ventilation du logement est primordial pour limiter la formation de condensation. Vous pouvez installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC) ou des aérations aux fenêtres. Il est également important de réduire les sources d’humidité à l’intérieur, en limitant par exemple le séchage du linge dans les pièces de vie et en utilisant un déshumidificateur si nécessaire. Enfin, maintenir une température stable et homogène dans le logement contribue à éviter les condensations.
A lire aussi  Portes et fenêtres : pourquoi et comment les changer pour une maison plus confortable

Prévention et entretien pour limiter l’humidité

Au-delà des traitements spécifiques, il est possible d’adopter des gestes quotidiens pour prévenir l’apparition de problèmes d’humidité :

  • Ventiler régulièrement le logement, même en hiver : ouvrez les fenêtres pendant 10 à 15 minutes chaque jour pour renouveler l’air.
  • Entretenir la ventilation : nettoyez régulièrement les bouches d’aération et vérifiez le bon fonctionnement de la VMC si vous en possédez une.
  • Éviter les activités génératrices d’humidité excessive (cuisine sans hotte, séchage du linge à l’intérieur, etc.).
  • Surveiller régulièrement l’état du toit, des murs extérieurs et des fondations pour détecter d’éventuelles infiltrations ou fissures.

En somme, il est essentiel d’être attentif aux signes d’humidité excessive dans son logement et de prendre rapidement les mesures nécessaires pour y remédier. Un diagnostic précis des causes est indispensable afin de choisir le traitement adapté et préserver ainsi la santé des occupants et l’intégrité du bâtiment.